Réduction des fuites dans les réseaux d’alimentation en eau potable : Systèmes d’indicateurs et méthodologies pour la définition, la conduite et l’évaluation des politiques de lutte contre les fuites dans les réseaux d’eau potable : Fiches pratiques

Leakage reduction in drinking water networks: Indicators and methodologies for the definition, implementation and assessment of policies against leaks in drinking water networks: Practical sheets

Renaud, E. ; Khedhaouria, D. ; Clauzier, M. ; Nafi, A. ; Wittner, C. ; Werey, C.

Type de document
Rapport d'expertise/d'étude
Langue
Français
Affiliation de l'auteur
IRSTEA BORDEAUX UR REBX FRA ; IRSTEA BORDEAUX UR REBX FRA ; IRSTEA BORDEAUX UR REBX FRA ; IRSTEA LYON UR GSLY UMR GESTE FRA ; IRSTEA LYON UR GSLY UMR GESTE FRA ; IRSTEA LYON UR GSLY UMR GESTE FRA
Année
2012
Résumé / Abstract
Afin d’aider les collectivités à lutter contre les fuites d’eau dans leur réseau de distribution d’eau potable, l’Onema a publié en collaboration avec Irstea un guide de recommandations. Un impératif pour répondre aux lois Grenelle. En France, un quart de l’eau mise en distribution n’arrive pas à l’usager. Cette perte d’eau est le résultat de fuites importantes tout au long des 850 000 km de canalisations du réseau français d’alimentation en eau potable. Depuis juillet 2010, la loi Grenelle 2 impose aux services publics de distribution d’eau dont le taux de perte en eau du réseau est supérieur au taux fixé par décret de mettre en oeuvre un plan d’actions de lutte contre ces fuites. Pour faciliter la mise en oeuvre de ce texte de loi et aider les collectivités, l’Onema a confié à Irstea (ancien Cemagref) une étude sur la réduction des fuites dans les réseaux d’eau potable. Des investigations de terrain ont été menées avec le syndicat intercommunal d’alimentation en eau potable de Coulounieix- Razac en Dordogne et son exploitant, la Saur, et avec le syndicat départemental d’eau et d’assainissement du Bas-Rhin. À l’issue de ce travail, les chercheurs proposent un modèle qui permet aux collectivités de se faire une représentation des fuites dans leur réseau, qui peuvent aller du simple suintement diffus au jaillissement spectaculaire. Pour faciliter la recherche et la localisation des fuites et ainsi hiérarchiser les actions à mettre en oeuvre, ils préconisent la sectorisation du réseau d’alimentation en eau potable, c’est-à-dire la division du réseau en sousréseaux homogènes. De la conception de la sectorisation au calcul des débits des secteurs, en passant par l’estimation de la pression et l’évaluation de la consommation nocturne, le guide propose des méthodes et des indicateurs pour ensuite calculer les pertes d’eau dans les réseaux. Les quatre leviers d’action pour diminuer les pertes d’eau sont passés en revue : rapidité d’intervention, recherche active des fuites par différentes techniques, contrôle de la pression, restauration ou renouvellement ciblé du réseau. Enfin, diverses stratégies financières des plans d’actions sont analysées dans des contextes économiques différents et des approches d’évaluation économique sont proposées aux gestionnaires des services pour répondre à des interrogations fréquentes : comment financer le renouvellement des réseaux ? Quelle réponse l’intercommunalité peut-elle apporter ? À partir de quel coût la mise en place d’une politique de recherche de fuites devient-elle économiquement viable ?

puce  Accés à la notice sur le site Irstea Publications / Display bibliographic record on Irstea Publications website

  Texte intégral / Full text

  Liste complète des notices de CemOA