La durée de vie des canalisations, une notion insuffisante pour conduire une politique de renouvellement

Pipes lifetime, an insufficient concept to drive a renewal policy

Renaud, E. ; Bremond, B. ; Le Gat, Y.

Type de document
Article de revue technique à comité de lecture
Langue
Français
Affiliation de l'auteur
IRSTEA BORDEAUX UR REBX FRA ; IRSTEA BORDEAUX UR REBX FRA ; IRSTEA BORDEAUX UR REBX FRA
Année
2012
Résumé / Abstract
Les acteurs qui s’impliquent dans le renouvellement des réseaux d’eau potable recourent de façon quasi systématique à la notion de « durée de vie » moyenne d'une canalisation fixée à dire d’expert selon son matériau constitutif. Une approche courante d’estimation des besoins en renouvellement suppose que toutes les canalisations d'une classe de matériau sont renouvelées lorsqu’elles ont atteint un âge égal à leur « durée de vie » moyenne. L’expérience montre que pour les mêmes catégories de canalisations, des valeurs de durée de vie moyennes très différentes sont utilisées par les uns et les autres ce qui conduit à des estimations de besoin en renouvellement éloignées. Par ailleurs il est constaté la notion de « durée de vie » peut conduire à un amalgame entre « besoins financiers » et « besoins en travaux ». L’étude met en évidence l'intérêt de considérer que les canalisations d'une même classe de matériau ont des durées de maintien en service différentes qui peuvent être classées statistiquement selon une courbe de survie. Les besoins en renouvellement qui en découlent s'en trouvent lissés et cet échelonnement dans le temps permet de bâtir puis d’ajuster une stratégie financière basée sur des enveloppes annuelles ou pluriannuelles réalistes. Compte tenu des risques d’erreurs d’appréciation qu’elle peut entraîner, l’expression « durée de vie » nous semble devoir être bannie en matière de renouvellement des canalisations. La notion de « durée de maintien en service » qui exprime clairement le choix entre réparation et renouvellement auquel est confronté le décideur nous semble préférable.
Stakeholders involved in the renewal of drinking water networks use almost systematically the concept of mean « lifetime » set by an expert according to the material. A common approach for estimating replacement needs assumes that all pipes of the same class of material are renewed when they reach an age equal to their « lifetime » average. Experience shows that for the same types of pipes, very different values of « lifetime » average are used which leads to remote estimates of need of renewal. Furthermore it is found the notion of « lifetime » can lead to confusion between « financial requirements » and « practical rehab needs » The study highlights the interest in considering the pipes of the same class of material were having different lifetimes that can be statistically classified as a survival curve. Replacement needs arising from it are smooth and this timing can then build and a financial strategy based on annual realistic budget. Given the risks of false evaluation the term « lifetime » may entail, this term should be avoided for pipes renewal. The term « in-service time » clearly expresses the choice between repair and renewal facing the decision maker seems preferable.
Source
Techniques Sciences Méthodes, num. 12, 7 p., p. 55 - 62

puce  Accés à la notice sur le site Irstea Publications / Display bibliographic record on Irstea Publications website

  Liste complète des notices de CemOA