Comment diagnostiquer les zones tampons existantes et comment intégrer de façon pertinente des zones tampons en fonction du diagnostic initial ?

Le Henaff, G.

Type de document
Communication scientifique sans actes
Langue
Français
Affiliation de l'auteur
IRSTEA LYON UR MALY FRA
Année
2013
Résumé / Abstract
L’efficacité des zones tampons pour retenir les produits phytosanitaires et d’autres contaminants est en général élevée, mais les variations sont importantes en fonction de la typologie locale et de la vulnérabilité des milieux aquatiques qui en découle : régime des pluies, types de sols, couverture végétale des sols, densité du réseau hydrographique,... Les zones tampons sont présentes dans quasiment tous les paysages ruraux. Mais le pourcentage de territoire occupé varie beaucoup selon la région (bocage ou non), les aménagements ruraux notamment de la deuxième moitié du siècle dernier et les espèces végétales produites sur le territoire. L’écoconditionnalité liée à la politique agricole commune a instauré un gainage généralisé des cours d’eau désignés par les arrêtés BCAE2 préfectoraux avec des bandes tampons enherbées ou boisées. L’objectifs des diagnostics de zones tampons, et des guides réalisés à cet effet, est d’optimiser le rôle que les différents types de zones tampons peuvent jouer dans la limitation des transferts de pesticides et d’autres contaminants vers les eaux de surface essentiellement. Dans la continuité des travaux et réflexions du CORPEN, l’Irstea a élaboré des méthodologies visant a mieux intégrer les zones tampons au sein des bassins versants.
Congrès
Gestion des pollutions diffuses agricoles et ressource en eau : méthodes et outils à destination des maîtres d’ouvrage, 18/09/2013 - 20/09/2013, Paris, FRA

puce  Accés à la notice sur le site Irstea Publications / Display bibliographic record on Irstea Publications website

  Liste complète des notices de CemOA