Comment dimensionner des zones tampons enherbées ou boisées ?

Carluer, N.

Type de document
Communication scientifique sans actes
Langue
Français
Affiliation de l'auteur
IRSTEA LYON UR MALY FRA
Année
2013
Résumé / Abstract
Les zones tampons enherbées ou boisées (ZT) peuvent être un moyen efficace pour limiter la contamination des eaux de surface en pesticides. Elles assurent une protection contre la dérive des produits au moment de leur application, et peuvent également limiter leur transfert dans le ruissellement de surface depuis la parcelle agricole jusqu’à la rivière. L’efficacité d’une ZT pour retenir les pesticides varie selon sa localisation et ses dimensions. A ce jour, un guide de diagnostic à l’échelle du petit bassin versant (Gril, Le Hénaff et al. 2010b) permet de positionner au mieux ces structures. En ce qui concerne leur largeur, les 5 m imposés par la PAC ou l’application de la DCE ne sont pas toujours suffisants pour limiter le transfert des pesticides par ruissellement. Les méthodes pré-existantes pour déterminer la largeur requise des ZT sont basées essentiellement sur la longueur de versant interceptée ((USDA 2000; CORPEN 2007). Or, l’efficacité d’une ZT dépend également des caractéristiques propres du site sur lequel elle est implantée : le type de sol, la présence ou non d’une nappe superficielle, la pente, le climat local, les conditions d’humidité initiales et le ruissellement entrant, lié aux caractéristiques des parcelles amont. Dans ce contexte, l’équipe Pollutions Diffuses d’Irstea Lyon-Villeurbanne a développé une méthode permettant de dimensionner une ZT enherbée ou boisée, en tenant compte des caractéristiques propres du site d’implantation : climat, occupation du sol de la zone alimentant la zone tampon, caractéristiques pédologiques de la zone contributive et de la zone tampon …. La méthode est basée sur la construction de scénarios réalistes de ruissellement sur la bande, et s’appuie sur la mise en œuvre du modèle de bande enherbée VFSMOD (Muñoz-Carpena, Parsons et al. 1999). Les résultats se basent pour l’instant uniquement sur l’abattement des flux d’eau ruisselée ce qui se justifie par le fait que l’infiltration est le processus majeur d’abattement des flux de pesticides au sein d’une ZT. Par ailleurs, cette simplification favorise le recours à des données d’entrée facilement accessibles pour l’utilisateur. Ainsi, la mise en oeuvre de VFSMOD permet, pour un ensemble d’événements ruisselants types, représentatifs de la zone considérée, de calculer la dimension optimale pour la ZT, pour un objectif d’abattement des flux fixé par l’utilisateur. Cette méthode est explicitée dans un guide, accompagné d’utilitaires permettant de construire les scénarios types ((Carluer, Fontaine et al. 2011) disponible en ligne sur http://www.irstea.fr/les-zones-tampons).
Congrès
Gestion des pollutions diffuses agricoles et ressource en eau : méthodes et outils à destination des maîtres d’ouvrage, 18/09/2013 - 20/09/2013, Paris, FRA

puce  Accés à la notice sur le site Irstea Publications / Display bibliographic record on Irstea Publications website

  Liste complète des notices de CemOA