Les diatomées benthiques tropicales de Guyane : Taxonomie des assemblages et définition des conditions environnementales déterminant la composition et la structure des communautés des rivières – Guide Iconographique

Tropical benthic diatoms of Guyana: Taxonomy of communities and definition of environmental conditions determining their composition and structure in rivers - Iconographic guide

Eulin Garrigue, A. ; Ramos Rey, M. ; Boutry, S. ; Coste, M. ; Delmas, F.

Type de document
Rapport scientifique
Langue
Français
Affiliation de l'auteur
ASCONIT CONSULTANTS MONTPELLIER FRA ; ASCONIT CONSULTANTS DUCOS FRA ; IRSTEA BORDEAUX UR EABX FRA ; IRSTEA BORDEAUX UR EABX FRA ; IRSTEA BORDEAUX UR EABX FRA
Année
2014
Résumé / Abstract
La DCE a force d’application dès que possible en Guyane, comme dans les autres DOM français, et le maillon des diatomées benthiques y est jugé pertinent pour l’évaluation des cours d’eau. Or jusqu’à présent, du fait des très grandes spécificités de la faune et de la flore locale (dont beaucoup d’espèces sont endémiques du bouclier amazonien), aucune méthode hydrobiologique indicielle n’était encore validée pour une utilisation dans ce contexte naturel, et ce DOM n’avait donc pas de dispositif applicable pour l’évaluation de l’Etat Ecologique. Un premier dispositif d’évaluation diatomique des cours d’eau à partir de l’IPS vient juste d’être proposé pour la prochaine version d’Arrêté Evaluation (à paraître courant 2015). Bien qu’il donne des résultats relativement consistants sur le plan global, cet indice, qui n’a pas pu être calé sur l’écologie locale des taxons Guyanais, connaît quelques problèmes spécifiques d’application d’ores et déjà repérés en Amazonie et sur criques du Nord. L’étape suivante sera donc de mettre en place un nouvel indice diatomique Guyanais (IDGy) dont l’écologie des taxons contributeurs aura été réellement calculée à partir de données environnementales locales. Dans le cadre d’un partenariat entre partenaires institutionnels et privés implantés localement (Office de l’Eau et DEAL Guyane, Bureaux d’Etude Hydreco et Asconit), organismes nationaux de recherche (IRD, ex-ORSTOM, Irstea, ex-Cemagref) et de gestion des milieux aquatiques (l’ONEMA), une re-capitalisation des données historiques utilisables, dont certaines ont été collectées et exploitées avant les années 2000, a pu être réalisée. D’autre part, diverses acquisitions de données plus récentes, les unes émanant des réseaux de surveillance, qui sont en fonctionnent régulier depuis 2007, d’autres originaires d’études scientifiques ou de surveillance à objectifs plus spécifiques (étude QUES 2007-2009, campagnes « Petites Masses d’Eau », ont pu être mises en commun et harmonisées. Les données du présent guide se sont appuyées sur un corpus de plus de 140 relevés diatomiques associant données abiotiques et comptages des inventaires collectés. Ces référentiels vont encore être amenés à augmenter rapidement année après année (action Office de l’Eau-Asconit prévue prochainement sur zones de transition eau douce-eau salée du littoral Nord, poursuite du fonctionnement des réseaux de surveillance et de l’étude PME). Ces données donnent lieu à deux utilisations différentes, très complémentaires : Une utilisation floristique, qui a d’ores et déjà permis l’élaboration du présent atlas iconographique. Cet ouvrage recense et re-situe dans la classification taxonomique 733 espèces de diatomées qui ont à ce jour été inventoriées et recensées dans les relevés diatomiques des cours d’eau de Guyane, apportant 49 taxons complémentaires par rapport à une version précédente de Novembre 12013. Ces espèces, dont 70 % environ sont encore sous numéro (endémiques ou non encore répertoriées dans la bibliographie taxonomique mondiale), appariennent pour l’instant à 64 genres connus, auxquels il faudra rajouter plusieurs genres dans le groupe des centrophycidées (groupe des centriques indéterminées) et dans celui des Naviculacées (groupe des genres inconnus). Une utilisation servant à formaliser l’information auto-écologique des espèces de diatomées de Guyane qui, entreprise dans les 2 à 3 ans à venir, s’appuiera sur la mise en correspondance de données d’analyses d’eau validées couplées avec des données d’inventaires diatomiques acquises en un même lieu à la même date. Cette approche d’auto-écologie des taxons servira de base solide pour la conception d’un nouvel indice diatomique bien adapté au contexte biogéographique local, l’Indice Diatomique de Guyane (ou IDGy). Le présent guide iconographique des diatomées des cours d’eau de Guyane est un document porteur d’une plus-value importante, à savoir qu’il agrège, en un seul document rédigé en langue française, une expertise taxonomique et bibliographique considérable résultant d’une prospection et d’une exploitation mondiale. Les ouvrages taxonomiques de référence peuvent être rédigés dans de multiples langages (allemand, anglais, français, espagnol, portugais, diverses langues asiatiques…) et certains d’entre eux, plus ou moins confidentiels selon leur origine, sont difficiles d’accès. Ces difficultés pratiques sont ainsi aplanies pour les intervenants futurs qui auront à déterminer les assemblages diatomiques dans le cadre guyanais afin de les utiliser en bio-indication d’état écologique. Il vient combler le maillon manquant entre une connaissance scientifique relativement exhaustive et une possibilité effective et facilitée de mise en œuvre locale de la bio-indication diatomique. Pour les taxons déjà décrits dans la bibliographie, ce guide constitue une information résumée permettant d’établir facilement le lien vers des sources d’information plus complètes des auteurs ayant nommé le taxon. Cependant, pour conforter son identification et éventuellement, la connaissance pré-existante sur l’auto-écologie du taxon, il appartient à l’utilisateur, autant que de besoin, d’aller se référer aux sources bibliographiques originelles.

puce  Accés à la notice sur le site Irstea Publications / Display bibliographic record on Irstea Publications website

  Liste complète des notices de CemOA